Encore un complot jacobin !

 

 

Je suis allé avanr hier à Carhaix pour la dernière journée des Vieilles Charrues .

Je ne vais pas sur le site , mais j'aime bien circuler en ville ( à vélo ) car le spectacle

est haut en couleurs .

Circuler à,vélo , c'est bien, mais il fait être très vigilant : des gens traversent sans re-

garder , d'autres , franchement bourrés, peuvent vous bousculer , des éclats de verre

dues à des cannettes brisées parsèment le sol . Mieux vaut donc avoir les yeux fixés

plutôt sur le bitume que loin devant .

C'est en me comportant ainsi sur mon vélo que , à un moment donné , j'ai relevé fran-

chement la tête pour me trouver nez à nez avec cinq militaires armés d'un FAMAS d'a-

près ce que j'ai pu constater . Cela fait quand même bizarre . Il y a encore peu , on au-

rait vu les sœurs Goadec claudiquant de concert ; des militaires maintenant . A quand les

chars d'assaut ?

Je suis resté également de longues minutes assister à la fouille des festivaliers . Cela

m'indispose toujours autant . Mais cela m'a également fait rire car un type de la sécurité

a demandé à un festivalier de retirer son couvre-chef : pour vérifier s'il n'avait pas

planqué une kalachnikov démontée dessous ?

Enfin : j'ai entendu dire qu'on aurait interdit aux festivaliers d'avoir des gwenn ha du

sur le site . Le complot jacobin était signé et les oppresseurs de notre culture encore à

aiguiser leurs crocs et leurs griffes pour mieux dépecer notre bretonnitude .

En fait , il s'agissait seulement d'une dame à qui un vigile de toute évidence trop zélé

( et pourtant il était du ce qui s'appelle du ) avait dit qu'elle ne pouvait pas entrer avec

son gwenn ha du … mais seulement parce qu'il était fixé sur une hampe et que les ham-

pes sont précisément interdites . D'après ce que j'ai compris, tout est rentré dans l'ordre ;

la dame a gardé le gwenn ha du et le vigile la hampe .

Interdire un gwenn ha du aux Vieilles Charrues ? Quand on voit le nombre de demeurés

qui se pavanaient avec des drapeaux bleu blanc rouge sur eux braillant encore «  On a ga-

gné !» Mais cela a permis à quelques indécrottables du complot jacobin d'avoir d'agréables

frissons de peur en se persuadant que ces maudits Français non seulement les empêchaient

de mettre un tilde sur Fanch ( entre parenthèses : qu'est-ce que j'en ai à foutre , comme si la

sauvegarde d'une langue à l'agonie ne connaissait pas d'autre enjeux un peu plus sérieux )

mais , de plus , leur interdisaient le gwenn ha du !

Prof De Guermont