Autour de Pont-Melvez

22 septembre 2017

Vive Kim Jong Un !

Vive Kim Jong Un !

Disons le tout net : ce  Kim Jong Un a une tête de gros con gavé aux hamburgers américains avec

sa coiffure à faire pâlir de jalousie feu Gonzague saint Bris de glace dans la gueule .

 

Mais j'aime bien ses saillies verbales : avoir traité Trump de " vieux malade mental  "me réjouit .

Un déséquilibré disant à un autre qu'il est déséquilibré  équivaut, comme le disait ma grand-mère

maternelle, au chaudron qui traite la marmite de cul noir .

Mais c'est l'utilisation d'un langage radical qu je trouve salutaire , même s'il est évidemment exces-

sif ( quoique ) : en effet , cela nous change de ces expressions bien policées et propres sur elles ;

vive le retour à des sorties comme " vipère lubrique " et " rat visqueux " qu'on se balançait à la

tête à l'époque du communisme triomphant .

Ce serait quand même plus amusant si Mélenchon donnait du " tarlouze de salon " à Macron , si

Troadec disait de Ferrand que c'est une " mandragore déliquescente " et si ce dernier rétorquait en

traitant le Maître du Poher d' " enflure gonflée à la Coreff " .

Mais nos politiques n'ont plus aucune imagination verbale et restent confinés dans le moule du bien

parler .

Vive Kim Jong Un !

Prof De Guermont

Posté par Pont-Melvez Info à 08:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 septembre 2017

De François à Fanch

De François à Fanch

Vous avez suivi , je suppose, cette histoire du tilde sur le prénom Fanch que l'administration refuse d'accorder aux parents

du petit garçon ?

Vous avez entendez parler , je suppose toujours , de  Falc'hun , chanoine, immense linguiste , excellent bretonnant , et que

j'eus la chance d'avoir comme professeur à Brest en 1973-1974 ?

Pendant qu'un certain Pierre Denis, universitaire rennais , le salissait en essayant , avec les étudiants de sa bande  , de le

déconsidérer pour mieux asseoir leur idéologie de néo-bretonnants prétentieux , Falc'hun continuait son remarquable travail  .

Cet important personnage dans le milieu des lettres bretonnes se prénommait  François  .

L'imposteur de Rennes se faisait appeler Per Denez . En effet , Per Denez fait quand même plus breton que Pierre Denis , évidemment trop français .  

D'un côté , un François n'ayant pas besoin de se faire appeler Fanch pour faire breton , avec évidemment  un tilde commecoquetterie celtique supplémentaire .

De l'autre , un Pierre ne pouvant pas se passer d'un Per ( vers ? ) pour se donner un coup de vernis de bretonnitude .

D'un côté un François authentique, de l'autre un Per de pacotille .

D'un côté, un dépositaire du"  breton légitime "  comme l'appelle avec tellement de justesse Jean-Yves Plourin , très grand

celtisant  , de l'autre un imposteur  faisant d'une langue en perdition un outil idéologique .

Prof De Guermont

 

En bref : d'un  côté  un Falc'hun , faucon,  et de l'autre un Per Denez , vrai con .

Posté par Pont-Melvez Info à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 septembre 2017

Et vous trouvez ça drôle ?

Et vous trouvez ça drôle ?

Pour bien commencer la journée , une histoire entendue récemment et que je trouve drôle .

 

Quelqu'un se présente à l'hôpital pour un problème quelconque et voit une bonne vongtaine de gens qui

attendent leur tour aux urgences ; ils ont tous autour d'un ou de plusieurs doigts un pansement provisoire

en attendant mieux , signe qu'ils se sont blessés à cet endroit .

Intrigué , le visiteur demande à l'urgentiste la raison de cet afflux de patients  pour la même raison , et le

médecin répond :

"  Oh ! Ce n'est pas bien grave : ils se sont fait mal en se mordant les doigts quatre mois après l'élection

de Macron . Mais on redoute ce qu'il va se passer dans quelques mois quand ils se mordront d'autres choses ! " 

Prof De Guermont 

Posté par Pont-Melvez Info à 08:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 septembre 2017

De Wauquiez à Bern

Vous avez entendu parler , je suppose , de  Laurent  Wauquiez qui , d'après ce que j'aurais compris, a travaillé deux mois au Conseil d'Etat en 2004 , a rapidement quitté ses fonctions et , depuis , continue de cumuler les droits à la retraite pour les deux mois en question .

Et les braves gens- nous - de se scandaliser .

J'avoue que je n'avais pas compris au départ , car on m'avait assuré que Wauquiez ( c'est bien français, comme nom de famille , ça ? ) continuait à être payé , ce qui est quand même différent .

( Cela rappelle la légende urbaine selon laquelle un ministre n'ayant par exemple exercé cette fonction que pendant une semaine comme l'ineffable Richard Ferrand continue à toucher sa paie de ministre

même quand il a perdu son poste ; en fait , d'après mes recherches, il peut être payé un maximum de trois mois après avoir quitté son ministère s'il n'a pas retrouvé de travail , ce qui est quand même différent . Par contre , il peut continuer à être appelé " monsieur le ministre " même après . En effet ,

lui donner du " monsieur Ducon sent son vulgaire ) .)

Je ne dis pas cela pour défendre Wauquiez, mais je suis assez las d'entendre tout et n'importe quoi de la part de personnes de bonne foi qui se font l'écho de tout et n'importe quoi car elles sont allées sur inter-

net comme on allait à confesse , à savoir écouter la parole du représentant de Dieu  ( ici madame Goo-

gle ) .

Il semble donc bien que Wauquiez ne continue pas à être payé mais continue seuement - même si c'est scandaleux dans son principe - à cumuler des droits de retraite pour deux mois de travail exécuté il y a quand même treize ans .

Ce qui n'a quand même strictement rien à voir en termes d'argent public .

Ce principe inique ne semble pas être un passe-droit mais une pratique codifiée pour tous les élus en détachement : Laurent Wauquiez ne bénéficierait donc pas d'un régime spécial mais des largesses de l'état accordées à des dizaines et des dizaines de milliers de gens dans son cas .

Et c'est cela qu'il faut dénoncer et non pas le comportement de Wauquiez qui n'est qu'un trou du cul comme les autres , ni plus ni moins et qui fait ses choux gras d'un système qui favorise des inégalités installées bien avant Macron .

 

Quant à Macron qui a admis dans sa cour Stéphane Bern : quelle pitié ! Un banquier qui s'entoure d'un

fou du roi qui ne sait qu'ouvrir très grand sa bouche que pour dire les pires conneries , cela montre le degré zéro de la culture . Et quand ces deux guignols évoquent l'édit de Villers-Cotterêts , cela devient carrément grandiose sur l'échelle de Richter de la bêtise !

 

Alors : vous autres qui avez voté Macron pour faire barrage à la mère Le Pen , vous êtes toujours aussi satisfaits ?

Prof De Guermont

Posté par Pont-Melvez Info à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 septembre 2017

Un certain train-train à Pont-Melvez (3)

Un certain train-train à Pont-Melvez (3)

Certains sont plus vernis que les autres

Pont-Melvez n'a pas encore la chance de Squiffiec où le tortillard va s'arrêter à la gare, nous annonce le OF du jour :

tgv

Encore un effort pour notre commune ?

Quand on connait le montant des subventions pour le fonctionnement et l'entretien de cette ligne de chemin de fer on reste dubitatif sur sa gestion

Parole de moine

Posté par Pont-Melvez Info à 07:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 septembre 2017

Cocorico !

Cocorico !

Je commence par ce qui relève de l'anecdote , à savoir si le le bébé prénommé Fanch avait le droit   de faire caca

dans une couche estampillée tilde  . Comme il fallait s'y attendre : la justice française vient de réagir en disant

non et  a décidé qu'il était nécessaire que ce chiard chie de manière bien française et que ses parents lui torchent

le cul sans tilde .

La justice française a donc tranché en pensant français .

Quoi de plus normal ?

Ce qui me consterne le plus n'est pas tellement cela , mais bien le fait que les principaux acteurs concernés ( les parents

de Fanch , les associations  et structures culturelles bretonnes etc. ) disent que c'est scandaleux , que l'interdiction du

tilde est un outrage à la bretonnitude et gna gna gna .

Que peut-on attendre de mieux d'officines jacobines indécrottables ?

On n'en a rien à foutre de ces guignols : ce n'est pas parce qu'ils ne veulent pas de ce tilde qu'on va leur obéir , si ?

Plutôt que de perdre du temps et de l'énergie à se battre contre ces mouilns à vent , notamment en faisant appel ,

donc en utilisant une autre officine bien française  , le mieux ne serait-il pas de dire de manière claire et musclée :

votre décision, vous pouvez vous la carrer dans le cul ; le tilde , on le mettra quand même , et on vous emmerde .

C'est évidemment politiquement très incorrect , mais ce serait plus payant que de jouer constamment les martyrs  .

Pousser de vraies gueulantes à la Glenmor ( souvenez-vous de sa très belle contre Marseillaise où il termine en

chantant " Merde à la France " ) c'est quand même autre chose, non ?

Les militants bretons d'aujourd'hui ont un côté gnan-gnan exaspérant ; je ne sais pas s'il était bon à cent pour cent

de poser les bombes du FLB à l'époque, mais ces gens-là étaient quand même courageux et ne se contentaient pas de

pleurnicher parce que le vilain état jacobin  leur faisait de grosses misères . Ils rentraient dans le lard de ces con-

nards  et ne se contentaient pas de clamer qu'on les méprisait .

Si les militants d'aujiourd'hui veulent rester crédibles, il faut qu'ils cessent de larmoyer : imagine-t-on cette histoire

de tilde en Corse ? Il y aurait déjà eu deux ou trois gendarmeries d'explosées ...  Chez nous , on va plutôt se précipiter 

sur son clavier d'ordinateur pour signer une pétition qui ne mange pas de pain et brailler sans rire à  l'ethnocide culturel  .

Autres temps autres méthodes , mais je redis que celle du gros coup de poings sur la table est bien plus payante .

Et quand même moins cucul la praline .

Je me souviens qu'il y a quelques années une association ( celle de cette vieille cinglée de Brigitte Bardot ) avait

fait une action en justice car elle protestait contre le fait que , à l'occasion de séances de gouren , le vainqueur déam-

bulait avec un maout ( bélier ) sur le dos, symbole de victoire .  L'association en question prétendait que c"était at-

tenter à la santé du dit maout et autres fadaises ; elle avait été déboutée , mais ce qui m'avait frappé n'était pas

cet essai ridicule d'interdire le port du maout mais le fait que les responsables du gouren se demandaient comment

faire si on leur interdisait cette ancienne pratique .

Or , le problème n'était pas là  de se demander comment faire mais bien de dire haut et fort : même si la justice

nous donne tort , on continuera quand même, bande de gros cons .

On retrouve la même chose avec cette histoire de tilde : au lieu de geindre et de pleurnicher , il faut se glenmo-

riser , et de manière radicale .

Conclusion : le tilde ( car on dit le : vous m'en direz tant ) ne présente pour moi aucun intérêt linguistiquement parlant

et ne constitue pas à mon sens une atteinte à la culture bretonne car , avouons-le, c'est quand même bien dérisoire

à l'aune des véritables enjeux d'une langue qui se meurt . En effet : les Tanguy Louarn et autres Anne-Marie Cha-

palain s'égosillent en criant au complot jacobin refusant un  tilde alors qu'ils sont trop contents de voir disparaî-

tre la manière authentique et populaire de s'exprimer au profit d'une création linguistique déconnectée du réel .

 L'intérêt de cette histoire de tilde est plutpot dans la manifestation de l'incapacité de réagir  de manière efficace

à  un diktat .

De toute façon : a-t-on idée aussi d'appeler son fils Fanch , avec ou sans tilde , quand on a à sa disposition de très

beaux prénoms bien de chez nous , et tout à fait chrétiens de surcroît  ?

Mais ne soyons pas tristes : Paris , et la France tellement bien représentée par notre capitale ,  va organiser les

prochains jeux olympiques . Il y aura des drapeaux tricolores partout , et les journalistes de RBO qui , hier  matin

encore , s'étranglaient d'indignation pour cette histoire de tilde , seront les premiers à brailler que la  France

aura gagné quand un petit jeune bien de chez nous aura gagné sa médaillette .

Aura-t-il le droit également à un tilde en chocolat offert par madame Hidalgo ?

Prof De Guermont

 

Posté par Pont-Melvez Info à 06:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 septembre 2017

Un certain train-train à Pont-Melvez… (2)

Un certain train-train à Pont-Melvez… (2)

On vous avait parlé de cette histoire de trains qui passent à la gare et ne s’arrêtent pas !

Il semble enfin que certains réagissent (article OF du jour) :

 

Train

Mais moins de parlotte, les gens attendent des actes et vite !

Il est temps de réagir, surtout que l'on a entendu dire que nos natios seraient intéressés par quelques actions

Rappelons que ce type d’actions avait fait céder la SNCF dans les années 70

Les élus et la population savaient forcer les trains à s’arrêter à l’époque

Madame notre maire de Pont-Melvez pourrait en prendre exemple, surtout quand on sait que ses propres enfant ont été usagés de cette ligne de trains pour aller et rentrer  de l’école

Parole de moine

Posté par Pont-Melvez Info à 07:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Embargo ?

Embargo ?

Article intéressant:

http://www.courrierinternational.com/article/afrique-du-sud-comment-la-france-brave-lembargo-et-arme-le-regime-de-lapartheid

Posté par Pont-Melvez Info à 06:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 septembre 2017

Fainéant : tilde ou pas ?

Fainéant : tilde ou pas ?

Vous savez probablement qu'on discute âprement en ce moment sur l'opportunité ou pas de mettre un tilde sur le prénom Fanch .

Une décision est attendue aujourd'hui en ce sens au TGI de Quimper .

Une remarque , si vous permettez que j'éclaire votre journée de mes pensées lumineuses .

On nous dit que le tilde , en langue bretonne, comme dans d'autres langues , modifie la prononciation de la lettre sur laquelle

il est placé . Par exemple : en castillan , nina sans tilde ( je n'en dispose pas sur mon clavier ) se prononcerait nina ; avec un

tilde , on dira ninia .

Ainsi , un tilde sur le n de Fanch nasalise légèrement la prononciation , de même que le double ff qui marquait le superlatif  de

hen par exemple ( henaff : le plus âgé ) .

Soit :mais quel est le néo-bretonnant qui est capable de prononcer correctement cette différence subtile ?

De même, en français , qui franchement est capable de prononcer correctement le mot brun , qui n'a pas le même son que brin ?

Combien de fois n'entendons-nous pas le mot pâte prononcé comme patte ? ( dans le premier mot le a est fermé et la voyelle

est longue ; dans le deuxième cas, le a est ouvert et la voyelle brève ) .

 

Mais revenons au breton : gwaz signifie homme et ruisseau . La différence de prononciation entre les deux réalités existe , mais

est d'une telle subtilité pour un néo-bretonnant , dont la manière de parler est complètement conditionnée , et de manière carica-

turale le plus souvent , par la manière parigot et d'accentuer et de prononcer , qu'il en est parfaitement incapable .

Alors ce tilde sur Fanch : pourquoi pas, mais à condition que cela corresponde à une réalité linguistique , ce qui n'est plus le cas ?

Faut-il donc accepter le diktat du TGI de Quimper s'il décide que ce n'est pas légal ?

Certainement pas : ce n'est sûrement pas à des officines  parisiennes d'un autre temps à décider pour nous , et , autorisé ou pas ,

il faut , à mon sens , faire ce que bon nous semble : ce n'est pas une décision de justice ou une circulaire relevant de la lettre de

cachet qui doit nous intimider .

Ce tilde de Fanch dépasse donc largement une polémique sur une manière d'écrire mais sur une façon de choisir qui me semble

beaucoup plus importante  que l'utilisation d'un signe qui ne changera en rien la prononciation puisque les néo-bretonnants sont

arrivés incapables de faire la différence . Mais ce signe peut également servir à montrer qu'il fait partie de l'histoire de la langue

comme l'accent circonflexe , qui ne sert le plus souvent à rien en termes de prononciation , mais qui rappelle l'existence d'un s

qui a disparu ( exemple : forêt, hôpital , opiniâtre : accent circonflexe ou pas , le e, le o et le a se prononcent de la même manière ) .

Et fainéant dans tout cela ?  Ce mot cher à Macron se prononce comme il s'écrit ; or, par attraction paronymique ( je cause riche exprès pour vous montrer que moi y en a être cultivé , bwana  ) , on peut également prononcer fainiant  car on a tendance

à penser au participe présent de feindre  , d'où attraction paronymique , bande d'ignares .

Si on adopte la prononciation fainiant quand on écrit fainéant ( ce qui est mon cas car je suis une grosse féniasse ) , il faudrait

donc mettre un tilde sur le n de fainéant , non ?

Ce sera un argument à faire valoir si cette affaire d'importance est portée devant la cour de cassation  ...

 

Prof De Guermont, grand linguiste devant l'Eternel ( Aotro Doue en Breton : Monsieur Dieu : magnifique , non ? )

Posté par Pont-Melvez Info à 14:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 septembre 2017

Kamm ha sutra ?

Kamm ha sutra ?

Je connaissais le Dourcam , Menez Kamm , le Cam et Léon , mais le Kamm ha sutra ?

Que Dieu me pardonne : hier se tenait une brocante à cent mètres de l'église d'une paroisse voisine et , tandis que monsieur

le curé exhortait les fidèles à la compassion et à la générosité pour la quête , un vendeur impie proposait sa littérature

nauséabonde . Ecclésiastique défroqué , prêchant des idées libertaires , recherché activement par l'Opus Dei pour tra-

fic d'hosties frelatées made in Taïwan , il m'a laissé un livre sulfureux plutôt réjouissant .

kamasutra_1_001

Le kamasutra breton constitue une manière assez réjouissante de revisiter coquinement quelques thèmes embléma-

tiques sur la Bretagne ; j'ai la faiblesse de trouver cela assez drôle et vous offre en pièces jointes la première de cou-

verture et une leçon de choses sur le manier de charrue .

kamasutra_2_001

Au fait : vous avez remarqué comme moi qu'il y a de plus en plus de vide-greniers .

Il s'agit vraiment de vide-greniers, autrement dit de vide-merdes : plutôt que d'apporter tout cela à la déchetterie , voire

d'en faire un gros tas sur la place de la mairie pour brûler vif le député du coin pour lui apprendre à avoir piqué dans

la caisse , on propose sa bibeloterie à la vente , pour des prix ridiculement élevés . C'est de plus en plus du gros n'im-

porte quoi .

Et , de plus , impossible de mettre la main sur la réédition de mes oeuvres complètes en serbo-croate .

De qui se moque-t-on ?

Prof De Guermont

Posté par Pont-Melvez Info à 10:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]