1973 : nostalgie …

 

 

Je suis allé à Brest hier travailler à la bibliothèque universitaire où j'avais quelques recherches à faire .

Il faut bien en effet que je mette à jour ma liste noire où vous figurez peut-être , si vous voyez ce que je veux dire …

Que de souvenirs quand je me trouve dans ces endroits entre le Bouguen et Bellevue où je fus étudiant en lettres deux années , en 1973 et 1974 !

Et quelle étrange sensation d'être de toute évidence le plus âgé dans ce public studieux, appliqué . Que cela fait bizarre de voir la grande majorité de ces jeunes munis de smartphones ( je ne suis pas sûr du terme ) , un œil sur un texte sur lequel ils travaillent et un autre sur leur portable !

Je suis allé à la cafétaria et me suis rendu compte qu'on n'accepte plus l'argent liquide . Tout doit se payer avec une carte .

Etrange, pour ne pas dire illégal , je trouve .

Comme un syndicat d'étudiants tenait un stand pas très loin , je suis allé vers eux , et leur ai demandé quelle position il avaient à ce sujet . Réponses consternantes du style : c'est très bien ainsi , cela est plus sécurisant , c'est plus hygiénique car on n'a pas à manipuler des billets ou des pièces etc.

Je leur ai opposé deux arguments importants à mon avis : le premier étant la légalité à vérifier de cette mesure , le second faisant référence à la notion de liberté de choix ( payer par carte ou en espèces ) puisque , en l'occurrence , on vous impose quelque chose sans vous demander votre avis .

A ce moment-là , on m'a fait comprendre que le papy faisant de la résistance les ennuyait et les étudiants ont ostensiblement plongé leurs regards sur leur portable, me faisant ainsi comprendre que la conversation était terminée .

Je suis alors parti en leur lançant quand même : «  Si je comprends bien , je n'ai plus à mon âge qu'à reprendre mes études pour foutre le bordel ! »

Quelle tristesse ! Voilà des étudiants , représentant un syndicat quand même, incapables d'avoir une réflexion sur une entreprise liberticide qu'ils trouvent tout à fait normale et opposant notamment comme argument que triposter pièces et billet n'est pas hygiénique ! 

Et je suis revenu 45 ans en arrière , en 1973 très exactement . En face de cette cafétaria , sur l'esplanade d'entrée , les étudiants dont je faisais partie et qui protestaient contre la loi Debré voulant changer les conditions de service militaire , regardaient avec une certaine appréhension les dizaines et dizaines de CRS qui s'étaient massés , appelés par le président de l'Université . En effet , nous avions fait irruption dans les locaux de la faculté de sciences, séquestré son doyen dans son bureau et fait un joli reuz .

Finalement , comprenant qu'il aurait été contre productif de faire donner la troupe , le président de l'université avait négocié avec les syndicats d'étudiants .

mais nous avions protesté , et protesté de manière radicale ;

Quelle trsitesse de voir ces étudiants brestois actuels apathiques , contents de leur situation , pas décidés à bouger , regardant d'un œil torve un sexagénaire sorti dont ne sait où et tenant des propos progressistes , donc suspects , voire dangereux .

En 1973 , j'avais tout juste 20 ans . A 65 ans et demi , je me rends compte que , en termes de luttes, de combats, de revendications , on a singulièrement régressé , surtout dans la jeunesse censée représenter la fougue , la vigueur , la contestation .

Pour me consoler , je suis retourné à la bibliothèque universitaire travailler sur ma liste noire de dénonciations : comme c'est dans l'air du temps , et que délation rime avec Macron , je préfère couvrir mes arrières pour être bien vu quand les réactionnaires deviendront vraiment virulents et pour qu'ils oublient mes incartades de jeunesse quand je croyais naïvement qu'on pouvait faire bouger les choses dans le bon sens .

Et , au besoin, n'oubliez pas de me faire savoir si j'ai oublié votre nom sur ma liste pour que je rectifie mon erreur ...

Prof De Guermont