Gilets jaunes et peur bleue des flics 

 

 

Quatre raisons ( pour l'instant ) de ne pas participer à cette entreprise dérisoire .

 

a ) En 1967 , à Quimper et ailleurs ( mais je parle de Quimper car j'y habitais ) , les paysans , excédés , se rassemblèrent près de la Préfecture . Manches de pioche , pavés , tracteurs .

Seule façon de faire bouger les choses et de contraindre le gouvernement de l'époque à changer

de méthodes .

En 2018 : les gilets jaunes ont remplacé les manches de pioche et les pavés .

Il faut dire que c'est beaucoup plus seyant .

 

b ) Ce mouvement des gilets jaunes va évidemment ( cela a d'ailleurs commencé ) être récupéré par des tendances style extrême-droite .

 

c ) Beaucoup d' «  organisateurs » de ce mouvement ne veulent pas de drapeaux de syndicats ou de partis . Ils se prétendent «  apolitiques » On sait ce que cela veut dire : la CGT par exemple n'est pas «  apolitique »car elle inscrit ses actions dans une vision clairement à gauche des phénomènes de société . Si on se dit «  apolitique » cela signifie le plus souvent qu'on est à droite ,sinon pire .

Et un mouvement «  apolitique » de ce style ne peut qu'être mollasson , sans réflexion de fond sérieuse .

 

d ) Beaucoup de «  gilets jaunes » ont peur des conséquences judiciaires de leurs actes s'ils font quelque chose d'un peu radical : pauvres petites chochottes , incapables de faire des actions dignes

de combattants par trouille de la justice .

 

Vous imaginez le professeur Choron en gilet jaune ?

Prof De Guermont