Trop modeste !

Vous avez lu le récit de notre bon Prof De Guermont sur la ZAD…

D’un naturel réservé notre ami, déteste se mettre en avant.

Pourtant son témoignage comporte quelque lacunes, que de nombreuses personnes elles aussi sur zone nous ont fait parvenir sur lemoinerouge@gmail.com

A l’annonce de l’arrivée de notre bon bougre, les cloches ont carillonnées dans toutes les églises et même dans les plus petites chapelles de la région.

Une haie d’honneur n’était pas de trop pour accueillir un tel homme

Les enfants lui ont portés des brassées de fleurs, tout le monde voulait le toucher.

Les animaux eux aussi étaient de la partie, veaux, vaches, cochons, chevaux s’inclinaient sur son passage

Les oiseaux eux non plus n’étaient point en reste !

Imperturbable, notre homme avançait, fendant la foule quand soudain au pied d’un arbre majestueux, soudain il s’arrêta et leva son bâton

Le silence se fit

« Mes amis, je suis venu et suis fier d’être parmi vous, mais passons aux choses sérieuses, dites moi où sont ces brutes, pires que les Huns qui vous persécutent ? »

La foule montra la direction du sud, et  notre homme se mit en marche…

On traversa une zone bien marécageuse, mais là où tous s’enfonçaient dans la gadoue, Prof semblait marcher sur l’eau ! (« Moïse traversant la Mer Rouge !» s’écria une dame d’un certain âge)

« Jésus sur le lac de Leningrad !» s’écria un militant nationaliste breton (bien fâché avec la religion et la géographie quand même …)

Enfin on aperçoit les guignols, tous de noirs vêtus.

Ils font vire parler la poudre, les grenades éclatent de partout.

Un homme un seul s’avance, imperturbable.

Soudain à environ 300 mètres des CRS, il s’arête et lève son bâton.

Miracle devant notre bon Prof, les tirs cessent, comme par enchantement.

Les fumées se dissipent.

On n’entend que le bruit de l’hélicoptère qui surveille, surveille.

« Dispersez-vous ! » hurle un mégaphone

« Toi la grande gueule fais dix pas en avant et je vais te montrer un truc… »

« OK je vais m’avancer de 5 mètres, par respect de votre grand âge » rugit le chef des argousins

A ce moment Prof se baisse et ramasse une branche d’environ un mètre.

Il sort de sa musette une ficelle et se met à nouer la tige avec son bâton de pèlerin.

Il en résulte une sorte de V, mais fort évasé, (Prof aurait il oublié ses lunettes ?)

« Tu ne m’a point salué, même pas ôté ton couvre-chef, mais moi je vais t’apprendre la politesse ! »

Soudain le boomerang de notre ami fend l’air, et se précipite vers sa cible.

Le coup passa si près que le képi tomba !

Deux secondes plus tard l’arme était revenue dans la main de notre homme !

On ne vous cause pas des hourras de la foule !

« Maintenant demandes à ton insecte de fer de faire du sur-place car un malheur est si vite arrivé… »

Aussitôt l’hélicoptère se met en vol stationnaire…

Le boomerang s’élève à nouveau, frôle l’aéronef, en fait le tour et revient  dans la main de notre ami.

« Maintenant, récréation, et rentrez dans votre poulailler, sinon je vous montre le coup de lancer de la faux de l’Ankou ! »

Une débandade, une fuite éperdue ( on nous dit que certains CRS hagards et apeurés courent encore)

Gloire éternelle à notre grand homme

Parole de moine