L’affaire se Corse ? (7)

Tous les ans la même histoire des incendies sur l’île…

En 1994 une enquête minutieuse a permis aux pompiers corses de prévoir 80% des zones qui seraient incendiées !

Mais comment ?

Suffit de suivre les troupeaux à la trace…

On vous a causé de ces fameuses primes pour les vaches, qui ont fait gonfler le cheptel sur l’île, en 20 ans de 1980 à 2000, le cheptel déclaré est passé de 28 000 à… plus de 80 000 bêtes à cornes !

Mais les bêtes, même en divagation doivent manger, alors une solution : le feu

Pas besoin de dépenser l’argent de la prime pour aménager des pâturages, plus facile de brûler le maquis

L’incendie laisse un paysage de cendre, mais très vite repousse une herbe tendre…

Il faut incendier les mêmes parcelles environ tous les trois ans.

Donc si vous vous baladez en Corse, et que vous voyez des « bergers » déplacer des troupeaux de vaches, évitez de planter votre tente, il est l’heure de… décamper !

---------------------------

Un moinillon qui connaît bien cette île, nous dit que les « éleveurs » ne sont pas les seuls à « profiter » des incendies »

Les collectivités locales achètent des matériels à des sociétés amies.

On réalise des travaux de protection, mais souvent en dépit du bon sens, mais si ce sont des entreprises qui sauront se montrer reconnaissantes, donc pas de problème…

Le feu crée aussi des emplois, alors on embauche pas mal de forestiers-pompiers parmi les amis.

PS : certains s’étonnent sur lemoinerouge@gmail.com de cette suite d’articles sur la Corse…

Ici nul racisme, mais le désir de montrer ce qu’est ce territoire, où certains pensent indépendance, il suffit aussi de lire la presse natio bretonne avec tous les articles dithyrambiques après le succès des élections dans l’île

Parole de moine