Une maladie honteuse ?

Depuis de nombreuses années un terrible fléau s’est abattu sur la Bretagne.

Cette terrible affection, se caractérise par une sorte de perte de tout repère, dès que l’on cause du pays.

Un individu que l’on jugera sain, tenant des propos forts intéressants sur la société, la vie du monde en général peut par ici subitement changer du tout au tout :

 Un tel qui sera intransigeant avec le F.Haine peut soudain se transformer en en « être compréhensif » dès que nos fachos sont Bretons !

Et on défile à côté d’eux, souvent sous des torchons* à sinistre mémoire…

Hors de la tribu, point de salut ?

Ici en Bretagne il faut avaler de belles couleuvres, sinon on est un Du Guesclin honteux, bref un vil traître.

Ne pas dire que vous trouvez la « poésie » d’Angéla Duval insipide, et bondieusarde !

Sinon c’est l’exclusion

Ici tout est bon dans le « Breton », pas de demi-mesure, il faut tout prendre en bloc.

Dire que certaines émissions en breton et destinées à la jeunesse sont d’une bêtise affligeante.

Oh que non, il faut se taire.

La solidarité avec le « Clan » l’exige.

Ne surtout pas dire que nos nouveaux locuteurs de la langue (celle de 41) bafouillent et bégayent , n’ont aucun accent, traduisent des phrases toutes faites du Français en Breton, et c’est aussitôt l’excommunication garantie.

Torquemada veille encore en Bretagne...

Ne pas oublier de dire qu’à Carhaix les statues des frangines est vraiment un chef-d’œuvre qui n’a point son pareil nulle part.

Sinon c’est blasphémer en terre bretonne.   

Le pire, on en est au temps ou on donne mauvaise conscience aux bretonnants de naissance !

 « Les jeunes parlent le  "vrai Breton" ! » entend on parfois dans la bouche d’une personne âgée !

Ils ont même réussi à culpabiliser certains de nos anciens !

Pour certains paltoquets il semble qu’en Bretagne le problème est qu’il y a encore des… bretonnants de naissance.

Le « nationalisme breton » a beaucoup gangrené.

Alors on comprend que parfois quand un de ces malades entre dans un troquet où tout le monde parle encore en breton, un silence, et subitement les conversations reprennent mais… en français !

*On a vu des gens qui jadis se battaient (avec un manche de pioche) contre des fafs portant la « croix celtique » et qui maintenant ne disent rien quand ils côtoient la « croix noire » du Bezen dans une manif…

Alors l’autre, (et sa cousine Germaine) regardent doucement passer un Ange…

Triste monde

Parole de moine.